19 mars 2018

Cris et chants dans les oliviers / Gritos y cantos en los olivos


Paysage
F. García Lorca

Le champ
d’oliviers
s’ouvre et se ferme
comme un éventail.
Sur l’oliveraie
un ciel effondré
et une pluie sombre
d’étoiles froides.
Tremble le jonc et pénombre
au bord de la rivière.
L’air gris moutonne.
Les oliviers sont
chargés
de cris.
Un vol
d’oiseaux captifs,
qui remuent leurs très longues
queues dans l’obscurité.
 (Poème de la séguidilla gitana dans "Poemas de Cante Jondo")
(Trad: Colo)
La suerte de los olivos José Luís García

Paisaje
F, Garcia Lorca

El campo
de olivos
se abre y se cierra
como un abanico.
Sobre el olivar
hay un cielo hundido
y una lluvia oscura
de luceros fríos.
Tiembla junco y penumbra
a la orilla del río.
Se riza el aire gris.
Los olivos,
están cargados
de gritos.
Una bandada
de pájaros cautivos,
que mueven sus larguísimas
colas en lo sombrío.
 (Poema de la seguidilla gitana en "Poemas de Cante Jondo")

Ces derniers jours ce ne sont pas des oiseaux mais des enfants qui ont chanté dans notre vieil olivier.
Estos últimos días no son pájaros sino niños que cantaron en nuestro viejo olivo.


42 commentaires:

  1. Les oliviers, ces arbres magnifiques dont certains sont de vraies sculptures .. merci pour le poème que je ne connaissais pas.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Aifelle, des sculptures vivantes, oui, c'est fascinant. Nous nous demandons souvent si un jour il va arrêter de faire des feuilles, mais il a l'air en bonne santé, tout ridé et plissé qu'il est.

      Supprimer
  2. c'est beau, et il y en a pour tous les sens, c'est très visuel et odorant
    (ah que j'aime les oliviers :-))
    merci et bonne journée, chère Colo!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Lorca a ce talent, en si peu de mots simples, tout est dit, vu, entendu, tu l'as perçu.
      Grêle et pluies et vents polaires ici...j’attends les ours blancs:-))
      Bonne journée Adrienne, un beso.

      Supprimer
  3. Superbe poème et photo réjouissante, merci. Cet olivier, quel trésor ! Bonne journée, Colo.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, je ne me fatigue jamais de Lorca, ni de m'émerveiller devant ce/les vieux troncs d'olivier...tu te souviens sûrement de cet énorme champ d'ancêtres près de Valldemosa, non?
      Je t'embrasse Tania.

      Supprimer
  4. J'ai toujours eu un faible pour cet arbre dont la couleur, bien spécifique, n'est pas facile à réaliser en peinture . Celui de ton jardin ne doit pas être très jeune. J'aimerais bien que tu m'envoies la photo!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas de problème, j'en prendrai une et te l'enverrai dès qu'il arrêtera de nous tomber le ciel sur la tête Chinou!

      Supprimer
  5. quel heureux hasard, je lis en ce moment un roman biographique où Lorca apparait
    Comme d'habitude j'ai ce poème mais comme tous ses poèmes en fait

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Incontournable Lorca, plus on le lit, plus on en veut...

      Supprimer
  6. Hummm, les oliviers, il y en a bp ds ma région. Il a dû y venir, hi!!!!! Bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ça doit être ça!!!Bonne journée Val.

      Supprimer
  7. Je n'ai jamais vu, je crois, de champs d'oliviers. Mais j'aime beaucoup imaginer leur frou-frou en éventail, ma foi!Ainsi que le cri des oiseaux...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. écouter et regarder des oliviers est magique Edmée. Il y a ces couleurs des feuilles gris-vert-argenté et leur doux frou frou, oui, dans le vent...

      Supprimer
  8. Je me souviens encore de la première fois où j'ai vu un olivier.J'en aurais pleuré. C'était en Espagne. A l'époque, je crois que je ne les connaissais que par la poésie.Ensuite, ce fut en Provence. Depuis... la mode les a transportés partout même chez moi où un petit sujet est arrivé pour Noël.
    Le tien sur la photo, je n'ose même pas imaginer son âge qui peut-être se compte en centaines d'années.
    Et dedans, de "drôles d'oiseaux" devaient y être heureux. Un paradis.
    Quant au poème, un trésor tout comme son auteur. J'adore, pour tout ce que cet article suggère, aussi bien en peinture (je pense aussi à Van Gogh) qu'en poésie, qu'en chansons.
    Merci. Je t'embrasse.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Maïté, oui, c'est un arbre à la mode, qui supporte bien la transplantation. Un arbre généreux qui donne ombre, fruits, huile, bois..et permet aux enfants de jouer avec lui!
      Van Gogh est le meilleur peintre, je trouve, de cet arbre. Peint par de très nombreux artistes, aucun, je trouve, n'égale le grand peintre.
      Il faudra que tu vives plusieurs centaines d'années pour voir ton petit développer un beau tronc comme ça!
      Besos, bonne journée.

      Supprimer
  9. Le poème est très beau. Mais que dire de l'Olivier. Je n'en ai jamais vu de si vieux avec un tel tronc. Il est magnifique

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les anciens du village nous racontent qu'ils venaient se reposer après la cueillette des pommes à l'ombre de cet olivier. Ils prétendent qu'il est millénaire, qui sait? Son tronc raconte tant d'histoires...
      Il fait l'émerveillement de tous et, sil ne donne plus que de minuscules olives qui font la joie des oiseaux, ses feuilles vert-gris-argentées sont toujours aussi belles.
      Dans la partie nord de l'île on en trouve beaucoup comme lui...

      Supprimer
  10. Ce poème pourrait être écrit aujourd'hui là où je me trouve...
    Cet olivier est spectaculaire, il en a des histoires à raconter, les enfants ne s'y trompent pas, ils vont spontanément vers les belles énergies. Bises. brigitte

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, je sais que où tu habites les oliviers ne manquent pas Brigitte, ils sont si riches en histoire, en générosité aussi!
      Bonne fin de semaine, besos.

      Supprimer
  11. Merci de revenir avec ce grand poète.

    RépondreSupprimer
  12. Magnifique olivier qui illustre ce beau poème. Ce vénérable centenaire porte avec charme de merveilleux enfants !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tant de secrets dans ces vieux troncs, combien d'amoureux et de peines ont-ils vus et entendus?
      Bonne journée Serge.

      Supprimer
  13. Lu contre mon jeune olivier. Belle journée colo.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Longue vie au tien donc!
      Qu'un air tiède vienne remplacer le vent polaire partout...

      Supprimer
  14. Phénoménal.
    L'olivier.
    Et bel éventail ;-)

    RépondreSupprimer
  15. Quel splendeur cet olivier ! Et les enfants aussi bien sûr...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il est magnifique, dans chaque repli du tronc une histoire...du moins c'est ce que j'imagine.
      Bonne soirée Annie.

      Supprimer
  16. J'ai agrandi ta photo, ils sont beaux les heureux occupants perchés dans ce somptueux et vieil olivier !
    Merci pour le poème et le tableau toujours aussi bien choisi.
    Bonne nuit, Colo !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai bien sûr demandé la permission à leur mère avant de mettre la photo! Des enfants super chouettes.
      Pour moi le meilleur peintre d'oliviers est Van Gogh mais je voulais mettre un espagnol.
      Bonne fin de semaine Fifi.

      Supprimer
  17. Un très beau poème descriptif qui sent la sérénité malgré la grisaille. Il se lit lentement. Bon week end à toi. Bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci d'avoir apprécié Elisabeth, un week-end de vent fous et pluies torrentielles, vive la lecture. Un beso.

      Supprimer
  18. Cet olivier est superbe et fait le bonheur des enfants. J'ai lu avec bonheur ce magnifique poème, la toile est vraiment très belle. Merci chère Colo.
    Bisous ♥

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci de cet enthousiasme Denise, bonne soirée à toi Denise, je t'embrasse.

      Supprimer
  19. vraiment très beau poème, merci colo

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci à toi Niki, bonne fin de journée.

      Supprimer
  20. Un poème à apprendre !
    Les oliviers plus que centenaires pour certains mériteraient qu'on leur raconte des histoires d'arbres et pourquoi pas leur dire ce beau poème de Lorca !
    Belle soirée à toi !
    Bises fleuries malgré tout

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Leur raconter des histoires ou écouter les leurs!
      Bon week-end de Pâques Marine, un beso.

      Supprimer
  21. Le poème est beau, les sensations de Lorca saisissent autant que le coup de pinceau – tumultueux? tourmenté? – du peintre que vous avez choisi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Christian, ces troncs mystérieux de par leurs si longues vies...

      Supprimer