28 mars 2018

Plumes au vent / Plumas al viento


Le vent dans un poème de / El viento en un poema de

 Carmen Boullosa (Mexico 1954)




 No eres la pluma...(Tu n'es pas la plume...)


No eres la pluma 
que al aire se inclina,
ni el cuello tibio del ganso,
ni la piel del tímido durazno:
eres el injerto de toda esa ternura
en la fuerza del monte,
en el salto de un felino acorralado.

Tu n’es pas la plume
qui au vent s’incline
ni le tiède cou de l’oie,
ni la peau de la timide pêche:
tu es la greffe de toute cette tendresse
dans la force de la forêt,
dans le saut d’un félin traqué.
(Trad: Colo)

Un vent, bien moins doux et poétique, la bourrasque Hugo, et ses dégâts le week-end dernier... 
Un viento, mucho menos suave y poético, la borrasca Hugo, y sus daños el fin de semana pasado...

 
Foto AH, IP, gracias!


34 commentaires:

  1. quel joli poème à emporter pour une journée de travail :-)
    merci Colo de rendre la vie plus légère ce matin

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Qu'un doux souffle t'accompagne Adrienne.

      Supprimer
  2. merci colo, de me faire découvrir tous ces jolis poèmes espagnols que je ne connais absolument pas

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est pour moi un grand plaisir Niki, bonne journée.

      Supprimer
  3. Un poème qui monte en force... comme cet Hugo qui a tout flanqué par terre !
    Bon courage pour les remises en ordre.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Tania, les tuiles sont "recollées" et les branches tronçonnées.
      Aurons-nous des pêches á la peau timide cet été?

      Supprimer
  4. Comme j'aimerais toucher le tiède cou de l'oie...
    Par contre je suis désolée pour ton bel oranger. Bon courage Colo !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tiens, moi aussi...mais l'oie aimerait-elle ça?
      Pour les oranges, faudra boire des litres de jus un peu vite, l'arbre va bien heureusement.
      Merci Annie, bonne fin de semaine.

      Supprimer
  5. En lisant le poème j'étais centrée sur le Mexique et je n'avais pas compris qu'Hugo c'était chez toi.Quel dommage pour les oranges! Ces tempêtes, c'est une véritable hantise. Bon courage Colombie et merci pour le poème.Je t'embrasse.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah, oui, nos idées se mélangent et...le correcteur, c'est rigolo, te fait passer du Mexique en Colo-mbie:-))))
      Avec plaisir chère Maïté, bon week-end, dans les Landes?
      besos

      Supprimer
  6. Oh flute alors !
    Tu peux faire du jus d'oranges et en remplir des poches à congélation et hop au congélo... ou également dans des poches à glaçons (tu sais les glaçons pour l'apéro). Ainsi tu pourras conserver ce jus pour le déguster plus tard... Les glaçons pour agrémenter les salades de fruits, certains gateaux, ou plats en sauce...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Que ferais-je sans toi, femme si pratique, chère Lou?
      Bon week-end vitaminé:-)

      Supprimer
  7. Très beau poème dont j'aime particulièrement les derniers vers. Il n'est pas sympa du tout Hugo dis donc, pauvres oranges.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Aifelle, il y a la plupart du temps beaucoup de sensualité dans la poésie hispano-américaine. Carmen Boullosa est aussi romancière, écrit des scripts de films...je viens de le découvrir.
      Hugo est reparti, nous faisons une cure accélérée de vitamines...Bonne journée.

      Supprimer
  8. Splendide. La douceur du poème contraste avec la photo. Il va falloir faire des confitures d'orange :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, avec tendresse ces confitures, les oranges ont été fort malmenées, elles méritent tous nos soins...

      Supprimer
  9. La tendresse dans la force de la forêt me plaît ☺

    RépondreSupprimer
  10. Bonsoir chère Colo, merci pour ce beau poème et j'espère que tu pourras tout de même récupérer de belles oranges tombées et en profiter. Hugo devait être très violent.
    Je te souhaite de douces fêtes pascales avec mes amitiés.
    Gros bisous ♥

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir Denise, oui, on sentait vibrer la maison tant les vents et la pluie étaient violents. Mais c'est passé.
      Bon week-end à toi aussi, sous le soleil..mais pas trop chaud pour le chocolat,héhé.
      Je t'embrasse

      Supprimer
  11. Oh les pauvres oranges.... J'espère qu'elles n'ont pas été trop malmenées pour pouvoir donner toute leur suavité dans une prochaine confiture. J'ai fini les miennes hier....
    Bon week end de Pâques.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh bravo! les oranges sont en forme, nous les avons ramassées tout de suite, avant que des tas de gourmands n'y pénètrent...
      Bon week-end Bonheur.

      Supprimer
  12. Oranges douces ou amères, orages doux et amers, pauvres fruits abandonnés sur le sol, j'espère qu'ils auront fait des heureuses et des heureux... Une bonne nouvelle, la poésie résiste ! J'aime l'idée de la greffe de "toute cette tendresse..." dans ce poème. Merci Colo, bises et joyeuses fêtes de Pâques. brigitte

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh oui, beaucoup d'heureux!
      Merci Brigitte, bonne fin de journée, un beso.

      Supprimer
  13. Que c'est beau et fort... on voit la douceur du pelage de ce félin traqué qui, j'espère... s'échappera!

    JOyeuses Pâques, Colo!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Par les mots, tout peut s'échapper chère Edmée!
      Bon lundi festif.

      Supprimer
  14. Sublime poème qui puise sa force et sa beauté dans le chant que les mots laissent entendre pour sentir l'amour de la vie, dans le saut d'un félin,dans la plume qui s'incline et le vent qui s’exhale et tournoie.
    Je ne prétends pas saisir le sens de ce poème, mais je laisse les mots dire ce qui m’exalte.
    Merci Colo
    Belle fin de soirée

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Bizak, se laisser porter par les mots et les images est toujours une excellente idée en poésie.
      Je te souhaite une excellente semaine.

      Supprimer
  15. Quel joli poème et comme j'aime le vent...mais léger, espiègle ;-)
    Pas celui qui fait tomber les oranges !!!
    ( dommage pour les oranges )là il a joué un vilain tour quand même

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un vilain tour, oui Marcelle, mais moins grave que toutes les tuiles envolées!;-))
      Bonne semaine.

      Supprimer
  16. Bonjour Colette
    Triste spectacle que ces oranges mises à terre par un vent fou. Lorsque les éléments se déchaînent cela peut donner de bien beaux poèmes mais faire mal à la nature. En espèrant que ces fruits finiront en douce confiture.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh oui, rien ne se perd ici!
      Merci d'être passée Chinou.

      Supprimer